ORLANDO PROCESS

STATEMENT

OF INTENT

NOTE

D'INTENTION

ORLANDO, INCARNATION

OF THE NEW PARADIGM

INCARNATION

DU NOUVEAU PARADIGME

STEPS OF PRODUCTION

ETAPES DE PRODUCTION

ORLANDO

MAKING OF PICTURES

IMAGES DU MAKING OF

 

STATEMENT OF INTENT

A journey to meet seven Orlandos 

Psychological androgynous figures

Precursors of the post-binary paradigm

Embodying complexity, diversity and fluidity

 

A month of rehearsals and shooting at the blue hour

Each one of these ambassadors

Alone, in a place that he-she chooses to inhabit

Deploying a single movement in extreme consciousness

 

Capturing this ample, unique, essential gesture

Sensory, emotional and cognitive

Catalyzing his-her personal emancipation

Driving our collective liberation

 

Using the setting created by artists and scientists united

Suitable for both indoors and outdoors

A simultaneous projection of the seven moving video portraits

Making them coincide and interact

 

To connect the Orlandos between each other

Making the figures and temporalities merge

Through the music of a guest sound artist

A naked voice, renewing the narrative each time

 

To bring this light and itinerant opera video installation

On an international tour, meeting different audiences

Offering everyone a chance to immerse him-herself

Into an unified field: A Neo-Renaissance 

NOTE D'INTENTION

Voyager à la rencontre de sept Orlandos

Androgynes psychiques

Précurseur-se-s du paradigme post-binaire

Incarnant complexité, diversité, fluidité 

 

Prendre le temps de contempler et filmer à l’heure bleue
Chacun-e de ces ambassadeur-drice-s
Seul-e, dans l’espace vaste qu’il-elle choisit d’habiter 

Déployant son mouvement conscient 

 

Capturer son geste ample, essentiel, 

Sensoriel, émotionnel et cognitif
Catalyseur de son émancipation personnelle 

Moteur de notre évolution collective 

 

Grâce au dispositif scénographique élaboré par artistes et scientifiques 
Projeter simultanément, côte à côte, 

Les sept figures archétypales 

Et connecter les sept horizons en un

 

Par la musique live d’un-e interprète invité-e
installé-e parmi les visiteurs libres de déambuler
Permettre coïncidences et dialogues entre les Orlandos

Ré-inventer les récits, dilater les temporalités et inviter à la contemplation 

 

Emmener cette installation performative conçue légère et itinérante
A la rencontre de publics variés 

Où chacun-e peut s’immerger 

Dans une humanité réconciliée : Une Néo-Renaissance 

 

ORLANDO, INCARNATION OF THE NEW PARADIGM

ORLANDO, VIRGINIA WOOLF’S ANDROGYNOUS HERO-HEROINE 

 

Virginia Woolf’s Orlando[1] explores a woman’s life over the span of four centuries, addressing such themes as identity and gender. The work is written in the form of an imaginary biography and at certain moments like a parody. 

Virginia Woolf herself defined it as a “booklet” and as a matter of fact, she continues to experiment storytelling techniques that were new at the time. 

 

The story follows a very elaborate thread unfolding into an adventure over the course of several centuries, the centerpiece of which is the androgynous figure of Orlando. The work analyses the relations between the sexes in the English society a long the four centuries during which the story takes place, from the end of the 16th century to 1928, the year in which Virginia Woolf completes her novel. Already bearing an androgynous figure and defying the patriarchal society to the point of refusing any marriage proposal as a courtier, Orlandoundergoes a sudden sex change at the 18th century, waking up as a woman. The novel is dedicated to the poet Vita Sackville-West, with whom Virginia Woolf had a relationship. Vita’s son, Nigel Nicolson, described Orlando as “the longest love letter ever written”.

 

ANDROGYNY: THE ARCHETYPAL FIGURE OF OUR REAWAKENING CIVILIZATION

 

Using the gender identity crisis as a paradigm, Virginia Woolf re-imagines the female identity, sex, gender and sexuality. 

The body is a battlefield for social contestation. Woolf allows us to sharpen the great themes examined in gender discussions: the hierarchic tendency to bicategorize (dividing into two), opening the door to demonization, stigmatization and oppression (+man/woman-), (+masculine/feminine-), (+heterosexual/homosexual-), (+white/black-), (+rich/poor-). No matter the categorizations, the slash is unjustified and inconsistent [Caroline Dayer, interview, 2017]. This similar-different thinking mode dichotomizes, separates and incites conflict, exclusion and intolerance more than it fosters 

a capacity to conceive a unity of the opposites. By choosing an archetypal androgynous figure to illustrate the evolution stage of our time means to deliberately highlight reconciliation between opposite parts of an individual. 

 

Anima and animus have to be thought over for every one of us, man or woman. 

This new possibility of identification that goes beyond the psychological 

reality of sexes is a bridge towards the capacity to cultivate tolerance and consider differences as a source of wealth instead of a threat. 

 

This new possibility experienced through the individuals psyche could be a third way of thinking differences on the scale of the represented ethnical groups in every country of the world, so that diversity may be considered and enrichment instead of a reason for opposition and war. If we manage to make this mutation on a psychological level, we may imagine ways of doing it on an anthropological level as well.

This new paradigm of a society will then be considered in certain ways like a neo-renaissance, re-establishing man’s prerogatives by placing him at the heart of a society that will know how to deal with differences otherwise than through fear and conflict, and through an increased sense of mutual enrichment. The aim is to modify our representations of alterity as well as difference and to encourage the capacity for inclusion, considering this as a dialogue that exceeds paradoxes. Each thing is not this or that, but rather this and that.

 

Thus summoning the androgynous figure in a civilization whose society is in the middle of a crisis, torn apart between two paradigms, comes down to identifying a Renaissance process at work.

 

[Christine Marsan, L’Androgyne : une figure archétypale de notre civilisation renaissante, 2016].

[1] Synopsis : The eponymous hero is born as a male nobleman in England during the reign of Elizabeth I. As a teenage boy, the handsome Orlando serves as a page at the Elizabethan court and becomes "favorite" of the elderly queen. After her death he falls deeply in love with Sasha, an elusive and somewhat feral princess in the entourage of the Russian embassy, who abandons him. A period of contemplating love and life leads Orlando to appreciate the value of his ancestral stately home, which he proceeds to furnish lavishly. There he plays host to the populace. Ennui sets in and the harassment of a persistent suitor, the tall and somewhat androgynous Archduchess Harriet, leads Orlando to look for a way to flee the country. He is appointed by King Charles II as an ambassador to Constantinople. Orlando performs his duties well, until a night of civil unrest and murderous riots. He falls asleep for a period of days, resistant to all efforts to rouse him. Upon awakening he finds that he has metamorphosed into a woman – the same person, with the same personality and intellect, but in a woman's body. The now Lady Orlando covertly escapes Constantinople in the company of a Gypsy clan. She adopts their way of life until its essential conflict with her upbringing leads her to head home. Only on the ship back to England, with her constraining female clothes and an incident in which a flash of her ankle nearly results in a sailor's falling to his death, does she realize the magnitude of becoming a woman. She concludes it has an overall advantage, declaring "Praise God I'm a woman!" Back in England, Orlando soon becomes caught up in the life of the 18th and 19th centuries, holding court with the great poets. Orlando wins a lawsuit over her property and marries a sea captain, Marmaduke Bonthrop Shelmerdine. Like Orlando, he is gender non-conforming, and Orlando attributes the success of their marriage to this similarity. In 1928, she publishes The Oak Tree, centuries after starting it, and wins a prize. The novel ends as Orlando's husband's ship returns and, in the aftermath of her success, she rushes to greet him.

ORLANDO, INCARNATION DU NOUVEAU PARADIGME

ORLANDO, HÉRO-HÉROÏNE ANDROGYNE DE VIRGINIA WOOLF 

 

Orlando[1] de Virginia Woolf, explore la vie d’une figure androgyne qui s’étend à travers quatre siècles, traitant les thèmes de l’identité, du genre de la naissance, de l’amour, de la poésie, de la société, de la politique, du sexe, de la mort. Le livre se présente comme une biographie imaginaire et par moments parodique. Virginia Woolf continue dans ce livre à expérimenter des formes de narration nouvelles pour l'époque. Orlando présente une trame très élaborée qui se développe dans une aventure qui se prolonge sur plusieurs siècles. 

L'œuvre laisse transparaître une analyse des rapports entre 

les sexes dans les sociétés anglaises des quatre siècles au long desquels s'articule l'intrigue, de la fin du XVIème siècle jusqu'en 1928, année où Virginia Woolf achève la rédaction du roman. Orlando, en effet, déjà androgyne et réfractaire à la société patriarcale au point de refuser, en tant que courtisan, toute proposition de mariage, change tout à coup de sexe au XVIIIème siècle en se réveillant femme. Le roman est dédié 

à la poétesse Vita Sackville-West, avec laquelle Virginia Woolf 

a entretenu une relation amoureuse. Le fils de Vita, Nigel Nicolson, 

a défini Orlando comme ‘la plus longue lettre d'amour de l'histoire’. 

 

L’ANDROGYNIE : FIGURE ARCHÉTYPALE DE NOTRE CIVILISATION RENAISSANTE

 

En utilisant la crise de l’identification de genre comme paradigme, Virginia Woolf ré-imagine l’identité féminine, le sexe, le genre 

et la sexualité. Le corps devient le théâtre des contestations sociales. Woolf nous permet de préciser les grands thèmes soulevés par les questions de genre : la tendance à la bicatégorisation (la division 

par deux) hiérarchisante, véritable porte ouverte à la diabolisation, 

à la stigmatisation, et à l’oppression. (+homme/femme-), (+masculin/féminin-), (+hétérosexuel/homosexuel-), (+blanc/noir-), (+riche/pauvre-). 


Quelles que soient les catégorisations, le slash (/) est injustifiable 

et inconsistant. [Caroline Dayer, interview, 2017]. 

La modalité du même ou du différent dichotomise, sépare et incite davantage à la lutte et à l’exclusion, à l’intolérance qu’à la capacité de concevoir l’unité des contraires.

La modalité de pensée binaire est ancrée dans notre patrimoine culturel depuis des milliers d’années. Les principes d’opposition, 

de combat et de lutte contre l’étranger envahisseur est une habitude, originellement liée à la survie, mais qui connaît des survivances aujourd’hui particulièrement néfastes au rapport de l’altérité.

Choisir la figure archétypale de l’androgyne pour illustrer l’étape de l’évolution de notre civilisation, c’est mettre délibérément l’accent 

sur la réconciliation des parties opposées de l’individu. 

 

L’anima et l’animus ont aujourd’hui à se repenser en chacun de nous que nous soyons un homme ou une femme. Cette nouvelle possibilité de construction identitaire, dépassant la réalité physiologique des sexes préfigure de la capacité à s’ouvrir à la tolérance, à intégrer les différences comme facteur de richesse et non plus comme une menace. Ce qui est alors possible à l’échelle de la psyché de l’individu pourrait être une tierce voie pour envisager de penser les différences à la taille des groupes ethniques représentés dans tous les pays du monde, ceci afin que de la diversité devienne une richesse et non plus une source d’opposition et de guerre. Si nous parvenons à réaliser cette mutation au niveau psychologique, nous pourrons alors l’envisager plus largement sur un plan anthropologique.

 

Ce nouveau paradigme de société pourra alors apparaître en quelque sorte comme une néo-renaissance rétablissant les prérogatives de l’Homme, en le plaçant au cœur d’une société qui saurait gérer les différences autrement que par la peur et la lutte mais davantage comme facteur d’enrichissement croisé. Il s’agit de modifier nos représentations de l’altérité comme de la différence et d’encourager la capacité à penser le tiers inclus, cette dimension dialogique dépassant les paradoxes. Chaque chose n’est pas ceci ou cela mais plutôt ceci et aussi cela.

 

Ainsi reparler de l’androgyne au sein d’une civilisation dont la société est en crise, prise entre deux paradigmes, c’est identifier un processus de Renaissance à l’œuvre. 

Cependant, lorsque l’on parle dans les tous premiers frémissements de cette phase émergente du nouveau paradigme, cela dérange car cela ne correspond pas à la tendance généralement observable.

Enfin pour y parvenir, il semble que nous sommes en quête de sagesse pour recréer notre monde, autrement. 

 

Il semble que ce soit dans la recherche plus étendue de spiritualité que les occidentaux puisent le sens de leur existence. Le politique s’étant effondré sur les cendres des barbaries issues des plus grandes idéologies, il ne paraît plus répondre à la grande majorité car il ne permet plus de rêver et de porter la vision d’une société 

à venir. L’économique touche au paroxysme de son apogée en rendant chaque habitant de la planète un objet de consommation, éphémère, dépendant et jetable. 

Bien entendu ce modèle ne permet pas l’épanouissement de l’être, le culte de l’avoir ne suffit pas à nourrir un projet de civilisation.

 

La part spirituelle contenue dans les philosophies et religions orientales semble apporter le morceau manquant à la dyade intellectuel / imaginaire incarnant alors le tiers (et), illustrant la conciliation de l’esprit, de l’intelligence et de l’âme. Le spirituel apporterait alors, à son tour, cette dimension d’intégration des différents principes humains. Il jouerait le rôle de l’androgyne réunifiant et conciliant la concindia oppositorum.

 

C’était d’ailleurs le propos premier de l’alchimie. Sa finalité résidait dans la transmutation des métaux vulgaires en or que ce soit au sens physique et surtout symbolique. C’est-à-dire qu’il s’agissait de parvenir à trouver en soi l’or de la sérénité intérieure. Et n’est-ce pas ce que beaucoup de gens essaient de faire aujourd’hui, retrouver un sens général à leur vie par la restauration du sens particulier de leur intériorité ? [Christine Marsan, L’Androgyne : une figure archétypale de notre civilisation renaissante, 2016].

 

[1] Synopsis : Orlando est un jeune noble anglais ; lorsqu'il rencontre la reine Élisabeth Ire, elle décide de l'emmener à sa cour de Greenwich et, jusqu'à la mort de la reine, la vie d'Orlando est celle de son courtisan favori ; par la suite il reste

à la cour de son successeur Jacques Ier. Pendant le Grand Gel de 1608, Orlando tombe amoureux de Sasha, fille de l'ambassadeur de Russie, qui l'abandonnera. Revenu dans sa demeure natale, Orlando fait l'étrange expérience de s'endormir pendant une semaine, à la suite de quoi il décide de partir comme ambassadeur en Orient. Là, il refait la même expérience d'un sommeil d'une semaine mais cette fois il se réveille femme. Dans son incarnation féminine Orlando passe quelque temps en compagnie de Tziganes à partager leur vie nomade, en appréciant la condition des femmes dans ces tribus itinérantes, la jugeant plus libre qu'en Angleterre. Elle n'en retournera pas moins à Londres, poussée par son amour pour la poésie. Son existence se partage alors entre la demeure natale, où elle a la possibilité de se consacrer à la poésie et de recevoir des poètes célèbres, et Londres, où elle fréquente indifféremment la bonne société et les prostituées. Orlando trouvera par hasard l'amour auprès de l'aventurier Lord Marmaduke Bonthrop Shelmerdine. Le roman se termine en 1928, très précisément ‘le jeudi 11 octobre 1928’, alors qu'Orlando est devenue une femme-écrivain à succès grâce au poème Le Chêne qu'elle a écrit pendant une grande partie de sa vie et qui lui a valu un prix littéraire.

 

STEPS OF PRODUCTION 

Sept. 2017

EPFL+ECALlab workshop - Set device design

EPFL Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne + ECAL Ecole d’Art de Lausanne + UNIGE Université de Genève

Oct. 2017 > May 2018

Choreographing and filming the first seven movements in Kinshasa, Marfa, London, Varanasi, Lisboa, Chandolin by Julie Beauvais and Horace Lundd

May 2018

Post-production   

 

Jan. > May 2018

Development and construction of the immersive set device at EPFL+ECALlab

 

Jan. > May 2018

Composition and realization of the open score and protocol by Christophe Fellay

May 2018

Previews at EPFL Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne

Sept. 2018

Première at La Bâtie, Festival de Genève

 

Sept. 2018 > today

Outreach and Swiss, European, word tour 

 

Sept 2018 > today

Ongoing process, filming new movements in Patagonia, North Sea... 

 

 

ÉTAPES DE PRODUCTION 

Sept. 2017

EPFL+ECALlab workshop - Design du dispositif scénographique

EPFL Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne + ECAL Ecole d’Art de Lausanne + UNIGE Université de Genève

Oct. 2017 > Mai 2018

Chorégraphie et captation vidéo des sept premiers mouvements à Kinshasa, Marfa, Londres, Varanasi, Lisbonne, Chandolin par Julie Beauvais et Horace Lundd

Mai 2018

Post-production

Jan. > Mai 2018

Développement et construction du dispositif scénographique immersif à l'EPFL+ECALlab

Jan. > Mai 2018

Composition et réalisation de la partition ouverte et du protocole par Christophe Fellay

Mai 2018

Avant-première à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne

Sept. 2018

Première La Bâtie, Festival de Genève

Sept. 2018 > aujourd'hui

Rayonnement et tournées suisse, européenne, mondiale 

Sept. 2018 > aujourd'hui

Processus évolutif - captation de nouveaux mouvements en Patagonie, en Mer du Nord... 

NEWSLETTER

 CONTACT

 

beauvaisjulie@gmail​​.com

+41(0)787721020

 SHARE

 

Instagram

Facebook